Si Sainte-Croix se veut tout simplement pédagogique, il est aussi un lieu de sauvegarde et de réintroduction.

Au départ focalisé sur la faune européenne, le parc s’est diversifié à partir de 2007, devant le constat que tous les continents sont fragiles.

Maki cata de Madagascar, pandas roux de l’Himalaya ou encore loups arctiques ont rejoint les cigognes, lynx et autres marmottes.

Mais contrairement à son homologue brun des Pyrénées, également présent sur le site, l’ours noir n’est pas menacé de disparition.

Et comme la préservation des espèces commence par leur observation, l’immersion ne vaut que si elle est totale. Alors que les hurlements des coyotes se font entendre dans la nuit du Nouveau monde, on va, on vient, on prépare sa couche dans la pénombre.

<< Cliquez ici pour trouver une location de tourisme ou un hébergement de courte durée à proximité>>